Chef Jimmy

Avec son physique imposant, Jimmy Bibrac aurait pu être rugbyman ou même judoka professionnel. Mais non… C’est dans les cuisines que ce géant au cœur d’artichaut se sent réellement à sa place.

Natif de Saint-Claude, ce chef cuisinier taciturne a très vite fait parler de lui. Sans piper mots, il parvient à gagner le respect de tous ceux qui s’aventurent dans l’un de ses deux restaurants. Maestro de la cuisine antillaise, il est l’auteur de la meilleure recette de France de 2020. Et ce n’est que l’un de ses trophées parmi tant d’autres…

Un prodige de la cuisine antillaise…

C’est en 1979 que Jimmy Bibrac voit le jour dans une famille issue de la classe moyenne de Saint-Claude. Bercé par les bruits de la mer qui s’écrase sur les récifs, il se fascine rapidement pour les merveilles de la nature environnante. Quand il n’est pas en train de courir pieds nus sur la plage, il se délasse dans l’une des sources thermales qui font la réputation de la commune.

Très peu d’informations fuitent sur l’enfance de celui qui deviendra le créateur du dessert "amour tourmenté". Enfant modèle issu d’un foyer de travailleurs acharnés, le jeune Jimmy Bibrac a la possibilité de s’épanouir pleinement.

En 2001, alors qu’il est âgé de 22 ans, il décroche un Certificat d’Aptitudes Professionnelles (CAP) en cuisine. Muni de son diplôme, il fait ses premiers pas en tant que cuisinier au restaurant "Les Tortues" (Bouillante). Il ne lui faudra que quelques mois pour attirer l’attention du comité direction. Très vite, il est promu au rang de chef cuisinier.

Seulement, pour l’Antillais, ce n’est pas assez… Il aspire à pouvoir encore plus exprimer sa créativité.

… assoiffé de liberté et d’indépendance …

Plus Jimmy Bibrac passe du temps derrière les fourneaux, plus il se prend d’amour pour la cuisine antillaise. Colombo de poulet, boudin de créole, chiquetaille de morue, … Sous ses doigts, chacun de ces menus prend une tout autre saveur.

Toutefois, même si les retours sont positifs, le passionné de cuisine sent qu’il lui manque quelque chose. Pour être en mesure de réellement donner vie aux mets qu’il imagine, il a besoin d’affiner son art. Ni une, ni deux, Jimmy Bibrac ira suivre des stages de perfectionnement outre-Atlantique. Aux côtés des plus grands chefs, il apprendra ces gestes qui lui faisaient défaut.

De retour sur son archipel, Jimmy Bibrac réalise un rêve d’enfant. En 2011, le chef de 32 ans ouvre son premier restaurant. Pour les épicuriens de Bouillante, Ô z'épices devient très vite un lieu de villégiature incontournable dans lequel j'ai eu le plaisir de déjeuner. Ma sélection s'est portée en entrée sur " Comme un migan " composé de fruit à pain - poitrine fumée - huile piment doux - sauce colombo, un régal ! En plat, " Bèf en mwen " Boeuf en 2 façons - courgettes et igname et pour finir, en dessert le " Tout choco ", que du bonheur. Les photos ci-dessous, prises par mes soins, vont certainement vous transporter.
Porté par le succès de son premier établissement, il en ouvre un second à Baie-Mahault : Passion.

Ne ratant pas une occasion de rendre hommage à la gastronomie de son île, Jimmy Bibrac participe à tout événement susceptible de la valoriser. Très vite, les récompenses commencent à pleuvoir.

… qui redonne ses lettres de noblesse à l’art culinaire des DOM-TOM

En 2015, Jimmy Bibrac est officiellement reconnu en tant que maître restaurateur. Délivré par l’État pour la restauration française, ce label est la preuve de son savoir-faire et de sa rigueur professionnelle.

En 2019, il accroche une autre médaille à sa liste de trophée. Suite à une compétition ardue, il est élu chef péyi 2019. À force de sublimer les mets antillais, ces derniers n’ont plus de secrets pour lui. Même les natifs de l’île restent bouche bée face à ses créations. Forcément, c’est avec joie qu’ils lui ont décerné ce titre honorifique.

Même si sa réputation n’est plus à faire dans les DOM-TOM et dans le milieu professionnel, Jimmy Bibrac aspire à plus. Déterminé à montrer que la gastronomie antillaise est de haut-vol, il dépose sa candidature au concours de "la meilleure recette de France de 2020". Organisé par France 3, cette compétition télévisuelle oppose des cuisiniers reconnus issus des 14 régions de la France.

Le 18 décembre 2020, Jimmy Bibrac réussit enfin son pari. Son Mignan 2.0 époustoufle Yves Camdeborde, Frédérick Ernestine Grasser Hermé, Jean-François Mallet et Kelly Rangama. Pour les achever en douceur, le chef créole leur sert un tourment d’amour. Impossible de résister à un tel combo…

Sacré créateur de la meilleure recette de France 2020, Jimmy Bibrac devient le symbole d’Antilles fières de leur culture.  

 

Thierry - ici Gwada

Crédit photos : @icigwada @gilzetbase @angeladonova


WhatsApp Commenter
Publié le vendredi 12 novembre 2021 à 16:04 par icigwada
2400 vues
1 commentaires

Tags

Commentaires

Très beau reportage, merci Thierry pour ton investissement dans la vie locale. tu nous apporte du bonheur dans ces temps difficile :-)

Signaler un abus

1

J'ecris mon commentaire

Back To Top